Le marais poitevin

Accueil > Editorial > Le marais poitevin

En choisissant de venir en Marais Poitevin, vous avez la garantie :

  • de découvrir un site unique en Europe
  • d’y trouver de nombreuses activités pour toute la famille : promenades en barque ou en canoë, randonnées en vélo, pêche, visite de parcs animaliers…

C’est également un lieu idéalement situé, à 45 minutes de la Venise du Bocage
Il y a donc beaucoup de bonnes raisons pour que vos prochaines vacances, ou votre prochain week-end, dans notre camping, vous amène dans le Marais Poitevin.

Histoire du Marais

Le Marais Poitevin se caractérise par plusieurs types de paysages :

  • A l’Ouest, l’estuaire de la Sèvre Niortaise débouche dans la baie de l’Aiguillon.
    Cette relique du Golfe du Poitou est une halte importante.
    Des milliers d’oiseaux migrateurs viennent se reposer sur les vasières découvertes ou sur les prés salés localement appelés mizottes.
    Dans la baie, on élève les moules sur bouchots.
  • Proches de l’océan, les Marais Desséchés:
    De grands secteurs protégés des eaux de crue et des marées par des ceintures de digues.
    Il présente de larges paysages ouverts où les arbres sont rares.
    Seuls les écrans de roseaux ou d’arbustes (tamaris), bordant les fossés, viennent rompre la régularité du paysage.
    La culture céréalière y a peu à peu remplacé l’élevage.
  • Entre coteaux calcaires et Marais Desséchés, les Marais Mouillés 
    Des zones d’épandage des crues de rivières comme la Vendée, les Autizes et des fleuves comme la Sèvre Niortaise et le Lay.
    Vastes territoires composites, ils comprennent d’immenses prairies permanentes inondables réservées aux pâturages collectifs.
    Plusieurs dizaines d’hectares de terrées (petites plantations denses de frênes traités en têtards).
  • Située entre Maillé et Niort, la Venise Verte 
    C’est sans conteste le milieu le plus étonnant. Pays des chemins d’eau et du silence vert, ces Marais Mouillés offrent un paysage original et unique.
    Les innombrables fossés et canaux, bordés de frênes têtards, parfois doublés d’une rangée de peupliers, y forment un bocage d’eau à mailles serrées. Dans ce véritable labyrinthe aquatique, le maraîchin, à l’aide de son bateau, pêche l’anguille, mène ses bêtes au pré, transporte le foin, le bois et les mogettes (haricot blanc). Aujourd’hui encore, ces barques légères à fond plat sont lentement menées à la pigouille ou à la pelle. Elles demeurent le seul moyen pour découvrir de façon privilégiée cette nature exceptionnelle.